LES DESSOUS DE LA MARQUE : ZANEROBE

September 1, 2014
BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

Née en 2002 d’un simple pari lancé à la volée par ses créateurs après avoir ingurgité quelques bières, la marque australienne ZANEROBE a vite grandi et a su s’imposer comme une référence du streetwear dans le monde entier en à peine douze ans.

Influencés par les festivals, le son, les voyages, les potes, la rue et le surf, on s’est dit qu’on devait absolument rencontrer Leith Testoni et Jonathan Yeo, les deux fondateurs de la marque, pour mieux connaitre leur histoire et découvrir ce que ça fait de travailler pendant dix ans avec son meilleur pote.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO:Salut les mecs, vous nous en dites un peu plus sur vous ?

Jonathan: Je suis né en Nouvelle-Zélande, j’habite à Sydney et je vais avoir 40 ans cette année. J’aime les défis auxquels je suis confronté en dirigeant une marque internationale, c’est le job de mes rêves. Sinon j’aime bien (beaucoup) me servir un verre de Jameson après une grosse journée de ski.

Leith: ZANEROBE a presque 12 ans maintenant. On trouvait qu’il y avait un manque d’intérêt pour la mode masculine et que personne n’entreprenait quelque chose de réellement différent. On est établi sur la scène street surf australienne et néo-zélandaise, qui est à l’origine de beaucoup de tendances dans le monde entier.

UO: Comment avez-vous créé ZANEROBE?

J: De la façon la plus simple du monde : je buvais des bières avec Leith Testoni (aka The Big Bear) et on s’est mis en tête de commencer un projet à côté de nos “vrais” boulots. Leith a toujours été vachement calé en matière de mode et de tendances, il a l’œil pour ce genre de choses. J’ai juste exploité son talent en le mettant au boulot.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO: L’esthétique de votre marque a-t-elle évolué avec le temps ?

J: Notre marque est très largement influencée par les tendances ; ce que l’on a pu créer il y a 10 ans est complètement différent de ce que l’on fait maintenant. Au début, ZANEROBE était une marque de sport premium basée en Australie. Aujourd’hui, c’est une marque incontournable en matière de mode pour homme : elle contribue à son évolution mais elle est aussi l’une de ses sources d’inspiration.

L: Je dirais qu’une marque c’est un peu comme le fromage : avec l’âge vient le bon goût. On se concentre de plus en plus sur la subtilité des détails et sur la fabrication des vêtements, plutôt que de tout miser sur les pièces maîtresses. Mais ça, seuls le temps et la confiance nous l’ont appris. On est de moins en moins accro aux imprimés, on tente de mettre l’accent sur nos moyens de production, pour obtenir des coupes nickel et des beaux délavages.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO: Ça fait plus de dix ans que vous bossez ensemble, c’est dur de concilier amitié et boulot ?

J: Pas si vous évitez de chercher la petite bête et gardez facilement le contrôle. On a une chance de fou d’être potes et d’avoir les mêmes intérêts en dehors des heures de travail.

L: On est très différents mais la balance fonctionne à merveille. On ne vient pas d’un univers ancré dans la mode, notre approche est plutôt logique et dans l’air du temps.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO: Est-ce qu’il y a une pièce de votre collection en particulier dont vous êtes gaga ?

J: Je les aime toutes. Bon, en ce moment, j’avoue avoir un penchant pour les formes minimalistes, les lignes pures, le noir et le blanc… Pour vous donner une idée de look que je trouve cool, je dirais un t-shirt noir dont la longueur a été accentuée, porté avec un pantalon molletonné mi-jogging mi-chino, dont le revers conçu avec une matière différente est discrètement mis en avant.

L: Idem, chaque pièce de la collection a été créée dans un but précis, c’est bien pour ça que je les adore toutes, sans exception. J’ai toujours une légère appréhension lorsque les premiers exemplaires arrivent… Quand tu viens de terminer une session avec des acheteurs pendant laquelle tu as montré l’ensemble de ta collection et que les gens restent sans voix, je ne vois pas (ou peu) de meilleure sensation au monde.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO: Qui sont vos icônes appartenant au monde de la mode ?

J: Leith Testoni, Tom Ford. Dans cet ordre.

L: Pour être honnête, je n’en n’ai pas vraiment. Je m’inspire davantage de personnes créatives qui réussissent des associations de pièces avec brillo. À un certain niveau, on peut appeler ça de l’art ! Je n’hésite jamais à complimenter des gens dans la rue, que je les connaisse ou non.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

UO: Un truc cool que vous avez vu sur internet récemment ?

J: Ouais, j’étais à l’étranger en vacances et j’ai skypé mon chien qui lui était resté à Sydney. Il m’a dit de bien profiter, ça m’a rassuré.

L: Je suis toujours étonné face à la ressource que possède Google images. Trouver LA photo originale d’une image qui a circulé cent fois sur le net, c’est comme tomber sur une pépite d’or.

BEHIND THE BRAND: ZANEROBE

Interview réalisée par Katie Gregory – UO US BLOG

Découvrez la collection ZANEROBE

DANS LES COULISSES DE ZANEROBE