VUE DE L’INTÉRIEUR : CHEZ HENRY

February 12, 2015
IN HENRY'S HOUSE

Si vous entrez chez Henry Relph, vous trouverez des œuvres d’art originales, des vinyles vintage et une montagne de curiosités… De la part d’un DJ et fin collectionneur, on se demande bien comment il pouvait en être autrement. Ah, et qui sait, vous aurez peut-être aussi la chance de croiser son chien Nelly.

Pour en savoir davantage sur Henry et sur la vie qu’il mène en général, UO a débarqué directement dans son appart le temps d’un café.

IN HENRY'S HOUSE

UO: Salut Henry, tu es donc un féru d’art et même un collectionneur. Comment est-ce que cela t’es venu ?

HENRY: On va dire que mon boulot de DJ m’a bien aidé. Faire de la musique implique pas mal de voyages et un soir, j’ai eu l’occasion de jouer pour les 30 ans du fils d’un grand collectionneur d’art en Grèce.

À la fin de la soirée, il m’a proposé de me montrer une partie de sa collection et je suis tombé complètement fou d’une sculpture d’Urs Fischer. Ça a été comme un déclic et c’est là qu’est né mon amour pour l’art contemporain. Je suis maintenant curateur d’une fondation d’art en Hollande et je bosse en parallèle pour ma propre entreprise de conseil en Art pour aider les personnes qui ont envie de commencer leur propre collection.


IN HENRY'S HOUSE

UO: On a comme l’impression que tu as un truc pour les artistes new-yorkais…

H: Haha, bien vu ! Ce n’est pas aussi intentionnel que ça en a l’air mais c’est vrai que New-York a sa manière à elle de produire les artistes. Devin Troy Strother, Jamian Juliano Vianni, Justin Adian, Torey Thornton, Katherine Bernhardt, Lucien Smith et the Still House Group sont ceux qui me fascinent le plus en ce moment.

IN HENRY'S HOUSE

UO: Quelle est la pièce que tu ne lâcherais jamais parmi toutes celles qui composent ta collection ?

H: Encore une fois, bien vu, c’est la question super difficile pour les collectionneurs. Bien évidemment je les aime toutes mais celle d’Eddie Martinez me colle au cœur. J’ai eu la chance de visiter son studio à Brooklyn l’été dernier et son travail m’a réellement subjugué. L’énergie qui émane de ses peintures est super communicative, c’est plutôt impressionnant.

IN HENRY'S HOUSE IN HENRY'S HOUSE

UO: Ton premier amour c’est quand même la musique. Quelle est la place qu’elle prend dans ton cœur aujourd’hui ?

H: Mon père était un batteur de jazz dans les années 70 et 80, la musique fait donc vraiment partie de mon éducation et de mon quotidien. Un soir, il m’avait emmené au concert de Steve Gadd et à la fin, il m’a filé ses baguettes encore toutes collantes. Je les ai toujours, l’odeur est restée !

IN HENRY'S HOUSE IN HENRY'S HOUSE

UO: C’est une sacrée tonne de vinyles que tu as là, tu sais combien exactement ?

C’est une collection très variée et j’ai la chance de posséder celle de mon père mais je dirais 1000 environ !

IN HENRY'S HOUSE

UO: Tu es un amateur de design d’intérieur à demi confessé, qu’est-ce qui te plait la dedans ?

H: Je crois que le design d’espace et l’art de manière générale sont assez liés. Les galeries en sont l’exemple même… De temps en temps presque vides et parfois entièrement réaménagées pour accueillir le travail d’un artiste. C’est fou de voir toutes les juxtapositions qui sont réalisées pour mettre des œuvres en valeur. La maison de mes rêves, ce serait une maison de plain-pied remplie de pièces iconiques de designers, de tapis vintage et d’art moderne. Comme une extension de ce que j’aime et de qui je suis en fait.

IN HENRY'S HOUSE

UO: Tu es en couple avec la célèbre foodie Melissa Hemsley, la nourriture et les trucs healthy c’est ton truc à toi aussi ?

H: On s’est rencontré sur une discussion au sujet des blenders… Donc oui, j’imagine que c’est forcément un peu mon truc ! Disons que j’ai bien exploré l’univers et la cuisine healthy depuis qu’on est ensemble. S’il y a bien un truc que Melissa m’a appris, c’est que bien manger ne rime pas avec compliqué, ni cher. Elle est super forte pour cuisiner un truc incroyable uniquement avec les restes !

IN HENRY'S HOUSE IN HENRY'S HOUSE

UO: Quel est ton bien le plus précieux ?

H: C’est sans doute mon chien Nelly. Prendre un chien a sûrement été l’une des meilleures décisions que je n’aie jamais prises. On se balade à Brockwell Park, je lui file du vita coco tous les matins. Elle a même son Instagram @nellytheblue !

IN HENRY'S HOUSE IN HENRY'S HOUSE

VUE DE L’INTÉRIEUR : CHEZ HENRY