LES FAVORIS DE SERENA GUEN

September 16, 2015
Serena

Le style de Serena, rédac chef du magazine The Suitcase, s’inspire à la fois des tendances venues de loin comme de la mode du jour. Un mélange frais et inspirant qui ne nous a pas laissé indifférent. Pour UO, elle dévoile ses pieces préférées du moment.



UO: Peux-tu nous raconter un peu ton histoire ? Comment l’idée de SUITCASE t’est-elle venue ?

J’ai eu une enfance bercée par les voyages… Mon père a des origins allemandes et tunisiennes et ma mère a la double nationalité italo-anglaise. J’ai énormément voyagé entre autres pour rendre visite à la famille comme pour… m’en éloigner ! À chaque fois que je démarrais une nouvelle vie dans une ville, j’avais pour habitude de noter dans un carnet tout ce que je voyais, les endroits qui m’avaient plu etc… Le but, c’était surtout qu’il soit lu par les personnes qui me rendaient visite pour leur faire passer un moment agréable et différent. Je voulais leur offrir une jolie manière de s’évader qui change des guides de d’habitude.

Petit à petit j’ai réalisé un guide sur New-York et puis sur Londres… L’année d’après mon projet a pris un tournant plus créatif, mêlant l’aspect mode au voyage, ce qui a par la suite donné naissance au magazine SUITCASE qui aujourd’hui n’est plus entièrement rédigé par mes soins mais par d’autres contributeurs talentueux, de vrais experts des lieux !



UO: Qu’est-ce qui te passionne dans les voyages ?

C’est dans les gènes! Apparement mes ancêtres de Tunisie étaient des nomades, traversant le désert avant de s’installer à Kairouan.

UO: La leçon que tu retiens de ta carrière jusqu’ici ?

Ne soyez pas émotionnel. Business is business. Pas de panique, chaque problème a sa solution. Respirez et trouvez-la sans trop vous mettre la pression. Ok, on sait tous que le stress peut parfois être positif et qu’il vous fera atteindre certains objectifs plus vite, mais je n’ai jamais rencontré quelqu’un ayant réussi motive par les larmes, la hargne ou la jalousie.

UO: Des magazines indépendants inspirants?

Clover, un magazine qui sait capturer le monde du voyage et prône un lifestyle back-to-basics. Dans la tendance de 2015 !



UO: Une ville à laquelle ton cœur appartient ?

Vous vous attendez sûrement à une petite pépite du genre, mais sans hésiter New-York! Les gens sont tellement à fond et passionnés par ce qu’il fond, c’est hyper prenant et motivant.



UO: La personne que tu as rencontrée à l’étranger et qui t’a le plus inspiré ?

Bruce Poon Tip, le fondateur de G adventures. Le Dalai Lama himself a écrit sa préface, ça donne un léger apercu. Quand je l’ai rencontré il m’a demandé “Qu’est-ce que tu penses qu’il faudrait apporter au tourisme pour qu’il soit la plus grande source de distribution des richesses que le monde n’ait jamais connu?”. Peu je pense, mais ça m’a fait réfléchir sur la manière dont les gens voyagent. Respecter et préserver les cultures, c’est déjà un bon départ.

UO: La chose qui compte le plus pour toi au sujet des voyages ?

Ils apportent un point de vue. On fait des expériences qu’on ne ferait pas autrement. On remet en cause l’idée d’une “norme”. À chaque fois que je reviens d’un endroit, j’ai l’impression d’avoir grandi, de me sentir meilleure.



UO: Tes essentiels de voyage ?

Des tonnes de chargeurs de portable, mon Macbook Air, deux bons bouquins, l’eyeliner liquide de chez Lancôme, des playlists Spotify dispo sans réseau et un grand châle noir qui peut faire office de couverture dans certaines situations.

UO: Next trip?

J’hésite. Environ les 2/3 de la planète. En ce moment l’île de Pâques et le pôle Sud. Je vous tiendrai au courant !