ESSENTIELS VOYAGE : AMBIANCE BOHO À MEXICO

April 6, 2016

Embarquez avec Julie et Renaud du blog Carnets de Traverse le temps d’un voyage bohème au Yucatán. Du bout de leur jolie plume, les deux voyageurs invétérés livrent leurs impressions à travers le doux récit de découvertes colorées.

« Dès la sortie de l’avion, le Mexique vous envoie ses couleurs à la figure. Rouge orange, jaune citron, bleu électrique, les murs de l’hacienda San Jose sont des tableaux que le temps retouche jour après jour.



Dans le jardin — la jungle devrais-je dire — les arbres sont tous plus hauts et denses les uns que les autres. Il fait chaud. Les chemisiers blancs légers sont de bon ton. Par chance, il y a les ventilateurs, bien alignés au plafond, qui vous caressent. Les cotonnades fines ondulent dans la brise, sur la peau. On se croit un peu dans un vieux film. On s’attendrait à voir passer Frida Kahlo d’une minute à l’autre. C’est enivrant.


Julie porte une blouse imprimée Kimchi blue

Nous faisons quelques pas, il y a une petite chapelle. A l’intérieur, murs bleus, bancs de bois sombres et grandes portes ouvertes. Une petite fontaine de pierre. Avez-vous déjà résidé dans une hacienda ? Il règne une ambiance hors du temps, comme dans une bulle. Mais ici, c’est une bulle maya.

A Temozon, les rangées de hamacs, la suite présidentielle, la terrasse, la grande salle de restaurant, avec ses arcades et ses volets en bois foncé. Il fait frais malgré tout, l’air circule. Je supporte le jean finalement. Un ceviche de poisson frais et une agua de chaya, por favor.



Julie porte un jean vintage Levi’s noir

Dans notre chambre à San Jose, nous avons un arbre. Oui, un très grand arbre transperce le plafond de notre salle de bain. C’est un ceiba, l’arbre sacré des Mayas. Ses racines sont aussi grandes que ses branches, c’est pourquoi il symbolise « l’axe du monde » : un lien puissant entre les vivants et leurs ancêtres.

Les sols sont magnifiques aussi. Les carreaux colorés jouxtent les parquets, les carrelages noir et blanc, les frises, dans un tourbillon de couleurs et de formes !



On se prend vite à jouer aussi avec les motifs, à porter des chapeaux: l’esprit bohème vous envahit et, plus rapidement qu’il ne faut pour l’écrire, les bagues en argent et autres turquoises squattent chacun de vos doigts.



Julie porte nos bagues en turquoise et tient une pochette imprimée

Une journaliste américaine me demande où j’ai acheté ma pochette — très mexicaine n’est-ce pas ? Sur un marché d’artisanat local ? Sorry, je l’ai ramenée… de Paris ! À l’intérieur, mon appareil jetable, un merveilleux compagnon. L’image vieillie des photos argentiques va bien à l’esprit patiné des haciendas. Au retour d’un voyage, j’aime découvrir à retardement ces quelques photos éparses et maladroites, semblant surgir d’un autre temps. »